Mairie de Courchevel

Energie

Centrale des Moulins

Lors de sa dernière séance de 2018, le Conseil municipal a donné un accord de principe en faveur du développement, de la réalisation et de l’exploitation d’une centrale hydroélectrique entre Courchevel et Bozel

*La CRE est l’organisme national chargé de réguler le marché de l’énergie, notamment au niveau des prix de vente.

En France, plus de 2500 petites centrales sont installées sur les cours d’eau. Intégrée à son environnement et respectueuse de la biodiversité, la petite hydroélectricité représente en France une production équivalente à celle d’un réacteur nucléaire ! D’ici 2022, les torrents de Montgellaz et des Gravelles, situés sur les communes de Courchevel et Bozel, pourraient contribuer à la production de cette énergie renouvelable en produisant l’équivalent de la consommation électrique de 2800 foyers (Courchevel compte 1100 foyers permanents) !

Un projet mené avec la société GEG ENeR et la Régie électrique de Bozel

Au cours de l’automne 2018, la société GEG ENeR, dédiée au développement, à la construction et à l’exploitation d’ouvrages de production d’énergies renouvelables (20 ans d’expérience en hydroélectricité) et la Régie électrique de Bozel ont présenté conjointement un dossier à la Mairie de Courchevel afin de mettre en valeur le potentiel hydroélectrique de la commune en cohérence avec les enjeux humains, environnementaux et techniques du site. Ils se sont engagés à construire un projet dans l’intérêt collectif avec la mise en place de temps d’information et de concertation avec les citoyens. 

Une centrale de 3,8 mégawatts

Le projet consiste en la construction d’une centrale hydroélectrique d’une puissance de 3,8MW avec deux prises d’eau situées en amont de la Jairaz, une conduite forcée de 2 km entièrement enterrée sur des parcelles revégétalisées après travaux et un bâtiment de production au lieu-dit Les Moulins à Bozel. Le coût d’opération est estimé à 8,2 millions d'euros intégralement à la charge de GEG ENeR et la régie électrique de Bozel. 

Une centrale hydroélectrique, comment ça marche ?

1. Une partie des débits du cours d’eau est acheminée à l’intérieur du bâtiment de production via une conduite forcée.

2. La force de l’eau actionne une turbine qui entraîne un alternateur qui permet de transformer l’énergie mécanique en électricité.

3. L’électricité produite est injectée sur le réseau pour être distribuée vers les consommateurs.

4. L’eau est ensuite restituée dans le torrent via un canal de restitution enterré sous le bâtiment de production.

PLANNING PRÉVISIONNEL :

  • 2019 : Réalisation du dossier de demande d’autorisation (études techniques et environnementales).
  • 2020 : Instruction du dossier par les services de l’Etat. Enquête publique et décision du Préfet de Savoie.
  • 2021 : Préparation du chantier et lancement des travaux.
  • 2022 : Mise en service.

Contact
GEC ENer
Baptiste Penicaud
b.penicaud@geg.fr

www.hydro-centraledesmoulins.fr

Courchevel : 1er territoire de montagne 100% vert

Fin 2015, dans le cadre d'un groupement de commandes avec Courchevel Tourisme, le Club des Sports de Courchevel et le Syndicat Intercommunal d'Assainissement de la Vanoise, la Mairie a renouvelé son contrat d'achat d'énergie auprès d'EDF en optant pour un contrat garanti 100% énergies renouvelables.

Ainsi, pour chaque kilowatt-heure d'électricité acheté par les membres du groupement, EDF s'engage à injecter sur le réseau national un kilowatt-heure d'électricité produite essentiellement à partir d'énergies renouvelables. A travers cet engagement, Courchevel contribue au développement des énergies renouvelables sur le plan national.

Zoom sur l’éclairage public

Depuis 2009, la commune déploie une campagne "basse consommation" pour son éclairage public. Ainsi, elle procède au remplacement progressif de ses anciens luminaires. : 150 points lumineux sont concernés chaque année, sur un total de 1 500 répartis entre le Carrey et l'altiport.

Les nouveaux lampadaires ayant un système de réflecteurs plus performants et des formes mieux adaptées, ils permettent de réduire de moitié la puissance des lampes (70 watts au lieu de 150 watts) pour un rendu équivalent. Ces investissements permettent de diminuer la consommation électrique de 15%.

En 2016, un système de télégestion à distance est également mis en place. La commune peut ainsi appliquer une gestion raisonnée et différenciée du temps et des types d'éclairage. La mise en lumière de chaque secteur est en effet définie en fonction des besoins des usagers, des lieux, des horaires et de la saisonnalité.